Né le 21 août 1966, d'origine andalouse, Lorenzo SANCHEZ commence la guitare à l'âge de 12 ans… Entièrement autodidacte, il forme son "premier groupe" au collège à 15 ans. Nourri par la musique des années 60 /70 et 80, il forme fin des années 80 le "Brachay's Band" (Laurent MARIE / basse) avec, notamment, Thierry BONNEAUX à la batterie. La formation évolue et est rejointe en 93 par Manu CODJIA à la guitare (Eric TRUFFAZ, Daniel HUMAIR, Aldo ROMANO…).

En 1993, il se tourne vers le blues et c'est la naissance du Brachay's Blues Band avec Patrick GRIMAUD / batterie, François LEFORT / basse. Quelques années plus tard, Michel MORENO les rejoindra à la guitare rythmique et au chant .

En 1996, le groupe s'étoffe d'une section cuivres (les inséparables Stéphane MATUCHET, J-Claude THYES et Philippe CHODET) et en 97, vainqueur d'un tremplin régional, il enregistre son 1er CD 4 titres sous le nom de "Miguel M. & the Brachay's Blues Band". Le groupe se forge au fil des concerts une bonne réputation, en faisant des 1ères parties intéressantes (Patrick VERBEKE, J.J. MILTEAU, GIROUX & MAHJUN, Chicago Blues Festival (Larry GARNER, Marva WRIGHT), Michael HILL & the Blues Mob, Bernard ALLISON, Trudy LYNN…). Il a été également programmé en 1ère partie de Phil COLLINS (Big Band). 1997 voit la sortie du 1er album "We are in Love", enregistré par l'ingé son Andréas RATHGEB au Studio Sound & Vision à Faverolles. Ce fut une coproduction entre Sound & Vision et BBB Association. L'album sort sous le label Bluesy Mind et est distribué d'abord chez SOCADISC puis chez MUSEA.

Le groupe monte en puissance, dirigé par Lorenzo, à la fois comme chef d'orchestre et compositeur. Le groupe commence à intégrer le circuit blues des festivals, des salles… En 1999, il remporte les 1er "Open Days" au Chesterfield Café, sous la présidence de Thierry ARDISSON, Yvan LE BOLLOCH et Peter KINGSBERY ( Cock ROBIN ) devant plus de 300 postulants. Un CD "Live au Chesterfield" est très bien reçu par la presse ( Jazz Hot, Guitar Magazine , Soul Bag , Blues Magazine …). Cette même année, il reçoit le prix de "groupe blues français de l'année 1999" aux "Trophées France Blues", remis au New Morning. Tous les grands festivals de blues ouvrent leurs portes ( Cognac Blues Passion, Cahors Blues Festival , Festival Blues de St Laurent du Var, Blues autour du Zinc, Garden Blues Festival à Marseille, Bagnols / Cèze ( en 1ère partie de Gary MOORE ), Nuit Blues de Sarreguemines, de Chaumont, de Thouars, Blues sur Seine, Vache de Blues,… Le groupe est programmé sur de nombreuses 1ères parties ( Chicago Blues Festival, Gary MOORE, Lucky PETERSON (plusieurs fois), Connie LUSH, Monty ALEXANDER…)
Il est également la même année vainqueur du tremplin blues du festival "Jazz en Villeneuvois". Dans le mêl temps, le groupe se professionnalise, Patrick GRIMAUD et François LEFORT laissant la place à Patrick MACHENAUD et Abder BENACHOUR. Lorenzo est, 2 années consécutives, nominé aux Trophées France blues, dans la catégorie des 10 meilleurs guitaristes français de l'année. La nouvelle formation travaille d'arrache pied à un nouvel album "SPAIN". Le projet prévoit des titres nouveaux, tels "Spain", "Sunny Love", "Bad Condition"… Le projet ne voit pas le jour car en 2002, Miguel M (Michel Moreno) dissout le groupe. En 2003, Lorenzo enregistre son 1er album "Andaluz Child", tourné vers un blues métissé qui laisse place à toutes ses influences à la fois blues, jazz, latines et orientales. Il y associe Johan DALGAARD, qui s'implique fortement sur la direction artistique de l'ensemble, Philippe BROHET au sax (Juliette), Greg SZLAPCZINSKI à l'harmo, Patrick GRIMAUD aux percus, Dilshad AMIN MOHAMMED, au chant et chœurs sur 3 titres. L'album reçoit des critiques élogieuses (Guitariste Magazine, Crossroad, Jazz Hot , Soul Bag, Rollin' & Tumblin',…) qu'on peut lire dans ces pages. Sur scène, on retrouve les musiciens de la 2ème génération du "Brachay's Blues Band", avec Abder BENACHOUR, Patrick MACHENAUD, Johan DALGAARD ou Pierre BERTRAND, avec un petit nouveau Jérôme CORNELIS, au sax et guitare. 2005, un nouvel album est en préparation, l'accent en sera blues, résolument….. la route continue… Rolling with the Blues !




CHRONIQUES NATIONALES:

"Lorenzo Sanchez s’exprime dans un espagnol impeccable. Normal. […] Il utilise le français aussi, sans problème, dans "L’Exilé", un bonus-track éloigné du reste du disque mais de bonne facture. Les amples connaissances musicales et les qualités de guitariste de Lorenzo sont indéniables. […] " JAZZ HOT septembre 2004 - Patrick Dalmace


"…on pourrait classer à la va-vite cet album dans le rayon fusion / musiques du monde… si Lorenzo Sanchez n'avait pas réussi la gageure de créer l'intérêt et de favoriser l'émoi avec ses propres compositions – et 2 covers – situées aux chemins de Caravanserai, Larry Carlton, Jeff Beck et BB King; chez nous, d'un Kajdan (First Step), de Chute Libre (Ali Baba) et, dans une moindre mesure, de Milteau & Serri (just Kidiin') en plus méditerranéenne. (Ndlr; liste très imagée, loin d'être exhaustive). De par sa culture, "l'Andaluz Child" y fait la part belle à l'idiome latino, flash-back sur ses premières amours, panachant les rythmes et les sphères avec rigueur, tout en faisant preuve d'une certaine créativité dans un métissage original avec le chanteur kurde Dilshad Mohammed Amin, moments forts du CD, où la beauté et la profondeur des propos atteignent leur paroxysme. […] Lorenzo Sanchez redore le blason d'un certain jazz rock (bleu) progressif […] à la tête d'un groupe globalement de haut vol […] avec une richesse musicale, une qualité sonore et une production des plus léchées.Un de mes disques de chevet, rayon ailleurs. Bon Vent !" Virus de Blues juillet 2004– Jean Pierre Savouyaud


"…..Lorenzo Sanchez, guitariste exceptionnel, conscient de son histoire, de celle de ses origines, remonte très loin, jusqu'aux sources, sans pour autant tourner le dos à une certaine modernité.A commencer par le chant, la plupart du temps en espagnol…Si "Tengo blues " marche sur les traces de Carlos Santana par ses rythmes latino et sa guitare saturée aux envolées lyriques, "No se ven" s'en écarte par une ambiance plus intimiste enrichie par l'harmonica de Greg Szlapczynski. Alors que que l'introduction de "Duende" évoque immanquablement les grandes étendues désertiques comme l'Andalousie ou le Sahara, "Andaluz child" décolle vers une fusion arabo-funk non dénuée d'un certain lyrisme….Lorenzo a réussi son coup en mêlant funk, Afrique du Nord, et Andalousie en une musique toute personnelle survolée de ses guitares virtuoses. " Rollin ' & Trumblin ' (Luxembourg) juin 2004 – René Malines


"….c'est cette invitation au voyage que Lorenzo Sanchez nous propose dans "Andaluz Child", avec beaucoup de sensibilité et une maîtrise instrumentale évidente ( écoutez le très beau "Lou", où sa télécaster chante admirablement) …..ce disque vous fera redécouvrir votre musique favorite d'une autre oreille, essayez !" Guitarist magazine mai 2004 - Olivier Bride


" …Lorenzo Sanchez a ouvert les portes d'un blues tourné vers le monde… ..cet excellent guitariste et compositeur ne pouvait plus se suffire d'un blues épuré, ni rock, ni roots, et transcende donc les émotions et son talent dans l'exploration d'univers métissés. Superbe !" Crossroad n° 18


"…Lorenzo Sanchez nous présente son premier album solo, iconoclaste cet album ! Lorenzo a pris des risques et c'est très bien. Musicalement, rien à dire, c'est impeccable. Lorenzo est un excellent musicien et ses compositions ont le mérite de sortir des sentiers battus …mélange de blues andalou, de musique orientale électrique, de jazz, voir de fusion, vraiment original et intéréssant….personnellement j'ai craqué sur Lou, instrumental très planant à la Ronnie Earl, magnifique ! " Blues Magazine mai 2004 - Christian Le Morvan


" Guitariste très aérien, jouant très en finesse, pétri de diverses influences, Lorenzo Sanchez propulse le Blues sur le champ du monde en l'ouvrant aux rencontres." It's Only Rock & Roll n°6 février/mars 2003 – Francis Rateau


"…un disque très abouti, ne ressemblant à aucun autre, une œuvre très personnelle, fruit d'une solide culture musicale…magnifique son d'album, mise en place rigoureuse, superbes compositions, voici un disque impressionnant et surprenant…" Blues & Co février 2004 – Didier Taberlet


"…les solis de Lorenzo sont aériens, on pense à Peter Green, à Claude Engel…un projet riche en couleurs laissant transpirer à souhait un jeu de guitare inspiré, sensible et inventif…" Docteur Blues – Jérôme Travers


"…Lorenzo Sanchez livre un disque très personnel, dont le rapport au blues pur est très ténu mais le résultat est attachant, avec une atmosphère parfois sombre, et ravira les amateurs de world blues. " Soulbag n°174 mars 2004 - Christophe Mourot


"…d'autres par contre, à l'esprit curieux, ont entrepris une vraie démarche d'ethnomusicologues, et l' on pense à Ry Cooder, Taj Mahal…..C'est bien sûr dans cette catégorie qu'il faut classer Lorenzo Sanchez, l'enfant Andalou…...le résultat est surprenant, de grande qualité et envoûtant…" Trois Rivières Blues n°13 - Christian Andrieu


"…Lorenzo Sanchez revient sur le devant de la scène avec ce premier projet, en solo, sincère et personnel. Véritable métissage musical, ce disque propose un voyage au delà des frontières musicales convenues. On trouve forcément une imprégnation blues dans la plupart des compositions, mais celles-ci explorent bien d'autres styles, sans doute aidées par la présence de musiciens aux origines variées. Une mention sera donnée au saxophoniste Philippe Brohet [….] Ce disque est un très bel album, fort bien réalisé, qui doit convaincre tout amateur de musique ouvert à la pluralité. Encore une preuve que le métissage culturel n'a que du bon." Metablues émission blues RCFJéricho - Nancy


"…Lorenzo Sanchez fait danser nos tympans d’un son andalou. Les notes de guitare plus intense que le regard d’une gitane, ouvre notre esprit à un voyage musical détonnant. Le titre "Tengo blues" annonce de belle manière l’éclat de l’album qui au fil du temps nous emmène loin de nos terres. Le titre plus jazz de « glimpsies of serenity » apporte une pause douce au milieu de cet opus, annonçant une suite plus triste, plus mélodieuse. […]. La guitare rebelle de Lorenzo vibre, rythme avec force, enivre l'esprit sur "lou". Cette dernière sonne comme un adieu intense. Les notes alourdissent nos yeux de larmes chaudes, on ne veut pas quitter les lieux. On n'a pas eu assez de temps pour goûter au charme, pour explorer la brûlante et charnelle Andaluz. On veut l’exil, on demande l’asile musical mais ce rêve s’achève sur le dernier titre en français…." jan 2004 Morgan Travers


"…un métissage du Blues, du Jazz le tout se mêlant parfois à la World Music et parfois même à des rythmes plus funky. Parfois électrique comme dans cette reprise retravaillée de "Oye Como va" ou dans "Tengo Blues", ou plus acoustique comme pour " Sheherazade ". Au delà de cet album de Blues, il y a une démarche artistique et musicale, avec un travail énorme de compositions et de recherches d’émotions, comme peuvent en donner Carlos Santana et Amar Sundy. Les sonorités andalouses, les chants orientaux, les harmonies et la finesse de jeu de Lorenzo amène ce petit quelque chose d’envoûtant, d'enivrant. Lorenzo Sanchez nous démontre avec facilité, qu’il est un virtuose de la 6 cordes, il peut jouer avec aisance tous les styles de Blues sans jamais jouer la note de guitare en trop et tout cela vient enrichir cet album. " Andaluz Child " est un hymne à la Paix et à la Tolérance. " Peppermint Blues – David





DISCOGRAPHIE


Domingo



Andaluz Child




BBB association diffusion, création, production blues
Les Subsistances
55 bis rue decomble
52000 CHAUMONT
03 25 03 33 67
06 64 65 33 67
Marie Hernandez
http://www.lorenzosanchez.fr.st



RETOUR

© 2007/2008 Zicomania - tous droits réservés - Conception Rémi CHARLET - Réalisation Rémi CHARLET