Yann Armellino, guitariste incontournable de Rock instrumental débarque sur la planète Blues avec un album aussi riche qu'étonnant. Ne nous ayant pas habitué a ces sonorités, il m'a semblé nécessaire de lui poser quelques questions.



- Yann comment es-tu entré dans le monde de la musique ?
Assez naturellement et comme de nombreux autres musiciens après avoir écouté le groupe KISS (les albums Unmasked & Destroyer). J’ai d’abord été « fan » et mélomane avant de me décider à jouer d’un instrument. Mon frère Alban jouait déjà de la batterie, j’ai donc choisi la guitare avec comme fantasme lointain les Van Halen Broths. Même si aujourd’hui il a arrêté la musique, nous travaillons toujours un peu ensemble car c’est lui qui s’occupe des photos de presses et CD depuis mon 2ème album.


- Parles nous de ton travail à la guitare et comment es tu arrivé à une telle maîtrise de l'instrument.
Etant autodidacte, ça demande une bonne auto discipline. Au début, j’ai repiqué beaucoup de plans à l’oreille. Quand un album me plaisait, j’essayais de le jouer entièrement. Je me suis consacré pendant 7/8 ans à la guitare rythmique pour ensuite travailler les chorus. J’attache énormément d’importance au « groove », le travail percussif à l’aide du médiator etc. J’ai tout de suite pratiqué avec le support rythmique d’une batterie, ce qui m’a beaucoup aidé pour ensuite jouer en groupe.


-Si tu avais à apprendre un autre instrument, quel serait il et pourquoi ?
La batterie (j’en joue un peu mais bon…). Voir des artistes comme Eric Carr (RIP), Terry Bozzio, Neil Peart ou bien Alex Van Halen groover, ça donne envie non ?


- Comme tout musicien, tu dois avoir quelques albums rangés au fond d'un placard, qui demandent que de croiser le fer avec une platine. Quels sont ceux que tu as écouté le plus dans ton enfance ?
Sans hésiter, la Kisscographie ! Sans oublier Def Leppard (Pyromania et Hysteria), Slayer (Reign in blood), Guns’n Roses (Appettite for destruction), Jeff Beck (Guitar Shop), Joe Satriani (Surfing with the Alien) et pas mal d’autres disques de cette périodes. J’écoutais également beaucoup Kate Bush.


- Et aujourd'hui ?
Dans les grandes lignes, pas de changement si ce n’est que je suis plus ouvert musicalement. J’ai une grande CD thèque regroupant du Hard Rock, du Blues (moderne et vintage), du Jazz (Rock et traditionnel), du classique, de la Pop etc.


- Comment t'es venu l'idée première de poser sur le papier, des compos sans voix, n'as tu pas peur qu'un disque 100% instrumental manque de chaleur ? L’idée première n’est pas de moi mais d’un ami, Serge Lamet (gérant des « feu » magazines Best et Hard Force), qui s’est décidé à monter son label en 1999 et m’a proposé d’être sa première signature…en instrumental. Me proposer un contrat et avoir envie de miser sur mon nom, j'ai accepté tout de suite. Je pense qu'en fait, j'avais envie de me lancer mais je n'avais jamais osé. Sa proposition a été un déclencheur et j'ai relevé le défi. Pourquoi ? Parce que dans ce métier, on ne te propose pas ça tous les jours et il y a des fois ou tu ne peux et ne dois pas dire " non " ! Maintenant, je ne pense pas qu’un disque 100% instrumental puisse manquer de chaleur. S’il y a des lecteurs qui ont des doutes, je leur conseille l’écoute de « Guitar shop » de Jeff Beck ou bien « The extremist » de Satriani.


- Aujourd'hui, Cross-Rocks est innovant pour toi. Le Blues y fait son entrée et le chant est une expérience qui fera parler d'elle. Pourquoi ces changements ?
Pour le chant, parce que j’ai eu l’opportunité d’en mettre via les connexions de mon éditeur Jean Davoust et qu’après trois albums instrumentaux, j’avais envie de changer un peu. Pour le Blues, c’est une musique que j’écoute depuis longtemps et puis entre Blues et Rock, la frontière est souvent bien mince avec par exemples des artistes comme Kenny Wayne Shepherd, Joe Bonamassa, Jonny Lang, Stevie Ray, Gary Moore etc. J’ai des sonorités « bluesy » dans mon jeu depuis le début, j’ai juste un peu plus accentué celles-ci sur Cross-Rocks.


- Comment es tu rentré en contact avec Tony Lindsay, Larry Bragg et Connye Florance ?
Grâce aux équipes américaines de mon éditeur. Elles avaient en projet d’enregistrer un album hommage à Robert Johnson, après quelques échanges de mails, nous nous sommes mis d’accord pour unir nos efforts sur trois titres. Ce n’est qu’à la fin que j’ai su quels étaient les intervenants. Avant cela je trouvais que ça sonnait, j’ai compris pourquoi. Avoir du chant de cette façon est un vrai cadeau !


- Envisages tu de renouveler le chant sur ton prochain album et qui aimerais tu avoir comme complices ? A moins que tu te lances dans l'aventure !!
Clairement oui. Maintenant, il est un peu tôt pour te citer des noms. Dans tous les cas, pas moi…au secours, tous aux abris…


- Ayant côtoyé le fantôme de Robert Johnson, envisages tu de faire un jour, un album 100 % Blues ?
Pourquoi pas ? Un jour peut-être ? Mais j’aime bien le mélange des genres. Du blues qui côtoie de l’Electro, du Hard Rock, de la Motown électrique etc. A ce propos, j’ai vu que Vivian Campbell (guitariste de Def Leppard, un de mes favoris) sortait son 1er album solo « Two sides of if » en septembre. Un album 100% Blues avec des covers de Rory Gallagher, Muddy Waters, Robert Johnson etc. Que du bon !


- Le monde du Blues comprend d'innombrables personnalités, pourquoi avoir choisi Robert Johnson ?
J’avais envie de remonter aux racines du Blues. Qui mieux que Robert Johnson représente cette musique ? Il a un répertoire d’une incroyable richesse. A l’écoute des enregistrements originaux, j’ai été touché par son feeling, son touché, sa voix…une vraie rencontre.


- Auparavant, tu jouais sur Gibson. Qu'est ce qui ta fais changer d'avis et passer chez Ibanez ?
Gibson au niveau guitare, rien à dire. Je suis un LesPaul addict…seulement, concernant les endorsements, ils ne communiquent pas sur les artistes. J’ai trouvé avec Ibanez un partenaire solide au niveau communication. J’ai opté pour les modèles SZ que je trouve excellents. J’ai rarement vu des guitares qui sont aussi faciles à jouer et qui sonnent aussi bien, c’est l’autoroute ! Niveau configuration, ce n’est pas très éloigné d’une Les Paul avec deux humbuckers, pas de vibrato et en prime, un manche conducteur avec un accès aux aigues des plus faciles. Pour les amplis, j’utilise Rocktron avec le pré ampli Prophesy, l’ampli de puissance Velocity 100 et deux baffles. Du son clair au plus saturé, c’est la Rolls.


- Il serait étonnant qu'un guitariste comme toi n'est pas d'autres guitares à la maison. Que possèdes tu comme autres bijoux ?
J’ai effectivement une panoplie assez complète avec au programme, Telecaster, Stratocaster, LesPaul, Kramer US vintage, des acoustiques…Cela me permet d’obtenir des sonorités et des touchés différents suivant l’ambiance désirée. Par exemple, je me suis servi quasiment de toutes mes guitares pour exécuter les plans « à la manière de » du N°137 du mensuel Guitar Part.


- Au point de vue musical, quel est ton meilleur souvenir ?
J’en ai plusieurs, dans le désordre je peux te citer la sortie de mon 1er album. Le voir dans les bacs et en écoute, la tournée de novembre dernier avec Patrick Rondat et Freak Kitchen, la 1ère écoute des titres chantés sur Cross-Rocks.


- Quels sont tes projets pour l'avenir : CD, DVD, tournées ?
Un nouvel album pour 2006, également des concerts, démos et master class. J’aimerai beaucoup participer de nouveau à une tournée multi artistes. Je dois également continuer ma collaboration « pédago » avec Guitar Part. Une vidéo pédago pour le magazine Guitare Live.


- Maintenant soyons un peu rêveur, tu dois hiberner sur une île déserte quelques mois, quel matériel et quels CD emportes tu ?
Mes Ibanez, mon Rocktron et une acoustique plus de quoi m’enregistrer. Si c’est juste pour quelques mois, je n’emporterai aucun disque pour ainsi consacrer 100% de mon temps à la création.


- En attendant ton prochain album, merci à toi et bonne route.
Merci et longue vie à cette nouvelle rubrique dans Zicomania !


Propos recueillis par Rémi Charlet le 30 août 2005



Renseignements complets sur Yann Armellino à l'adresse suivante : http://www.yannarmellino.com





RETOUR
© 2007/2008 Zicomania - tous droits réservés - Conception Rémi CHARLET - Réalisation Rémi CHARLET