Mr Hardearly
X-perienced Blues Tour 2017
Le DVD



De prime abord, on s’attend à un quatuor explosif mais quand les hostilités démarrent avec Before you
accuse me, y’a que 3 gus !! Mais alors quels gus !!

Bien sur Mr Hardearly à la guitare, à la guitare et à la guitare, Alain Gibert à la basse et Julien Hubert aux drums.
Un morceau d’intro arraché aux tripes du Chicago Blues qui va donner The direction au concert hors pair du trio.

Alors pourquoi pas suivre avec You don’t love me, teinté de Groove chaleureux avec qui la guitare est en symbiose parfaite et vraiment trop ‘’top délire’’ dans ses phrasés et la mise en place de ce jeu que j’affectionne particulièrement. Mais il ne s’agit pas que de moi : Patrick mon pote de 27 ans et gratteux rythmique de grand talent s’est trouvé scotché devant ce concert déterminé par : ‘’La vache !!’’ bon je n’irais pas jusque dire que ça me rappelle des grands comme ... mais pas loin, ou si prêt ! La route va heurter un put… de Blues avec un Dirty mind enlevé sauce qui tue lentement et avec délicatesse tout en venant fondre doucement dans vos esgourdent chauffées à blanc.

Ce qui est bien avec Mr Hardearly, c’est la variété des sons Blues, Rock, Groove Funk qui ne laissent pas s’installer le monotone d’un style bien campé. Bon le solo de Alive est une tuerie subtile qui fait un bien fou à la suite encéphalo-oreillite humaine et bien sur que je ne m'aventurerais pas à reproduire.

Si on se penche sur la section basse batterie, c’est du sur mesure, de la dentelle d’Alençon (bisous le Benji !) avide de coiffer le gratin de ces gens carnivores de sons bien ronds et en osmose avec un plaisir acoustique si délicat que même un chat ne pourrait rivaliser avec ce velours. La basse est bien chaude avec une température sélectionnée comme il faut afin d'avoir un mélange des meilleur sur le plan acoustique et la batterie, fine et voluptueuse !!

Après la délicatesse, le Strat man nous emmène côté spectre de Stevie Ray Vaughan avec un Heart & soul bien charpenté et oh combien agréable  suivi de Fever aux couleurs très Funky et riches en teintes.
Maintenant, place à un chef d’oeuvre qui me rend dingue : Sonnie. Compo du maître et une incomparable transhumance vers la perfection. Le solo est un orgasme musico-linguistique. Enfin, chacun son truc mais moi j’adore cette douceur amputée de contrastes qui a le don de vous faire descendre le palpitant comme dans une pure méditation.

Un petit hommage à l’icône Jimmie Hendrix avec Fire et qui n’a rien à envier à l’original tant la prestation est à la hauteur (sinon, sur youtube, vous avez des cours signés Mr Hardearly !)
Ben comme dab, je vais pas tout dévoiler mais le reste n’est que plaisir sans limite. Ah si j’avais oublié My kind o’woman, plaisir sans fond, plus les autres plus Since i met you babe... Ouais tout le reste quoi ! Bon sérieusement, ce concert n’est que plaisir, rêve, modestie et d’une putain de classe énorme !!!!

Tout y est pour s’exploser le cylindre dans un monde de notes folles-dingues et de rythmes colorés et variés tel un arc en ciel ! Un petit hommage à Gary Moore avec Walking by myself très, très … !

Merci Eric, Alain, julien pour ce moment inoubliable et tellement riche en émotions, c’est un pur bonheur que bon nombre d’aficionados ne laisserons pas passer.
Très sérieusement, procurez vous ce DVD, il fait partie du patrimoine culturel qu’il ne faut surtout pas ignorer !

La bise les gars ..

Contact: Mr Hardearly
Site: http://www.hardearly.com



Red Beans and Pepper Sauce
Who Made The Sauce ?



En cet hiver doux souffle un air de printemps à la sauce poivrée qui ne demande qu'à accompagner quelques haricots rouges dans un tumulte de musique à multiple facettes. Je parle des Red Beans and Pepper Sauce, groupe de Béziers aux influences diverses mais oh combien ''grandissimes''.

Après un premier album en 2010 et un live en 2011, les Red Beans nous offrent un '' Who Made The Sauce'' très riche et généreux en goût. En juillet 2013, les Red Beans remportent 4 des 7 prix du tremplin 2013 au Cahors Blues Festival, à savoir : Prix Cahors Blues Festival, prix du Collectif des Radios Blues, prix France Blues, prix de la salle Rio Grande de Montauban.
Cet album comporte 10 titres dispensés par Jessyka Aké au chant, Laurent Galichon à la guitare, Baptiste chaubard au clavier, Denis Bourdié à la basse, Thierry imperato aux drums, Marc Averous au sax et à la flûte et JP Capodanno à la trompette et au bugle.

Alone introduit une douce saveur des terres ancestrales du Blues avant de poursuivre par une recette à la ''Derek Trucks'' très subtile et stylisée qui ma fois se laisse apprécier à juste titre, vous accompagnant dans un monde imaginaire que seul son créateur connait.
I Should Lie prend la suite avec une cadence plus Rhytm'n'Rock qui va surprendre par le coulis d'un Blues langoureux caché dans ses entrailles et qui fait dresser les poils tellement c'est bon !
Stay In Bed est provocateur avec un clavier tout en finesse, une section de cuivre pour le nappage et une guitare qui va relevé ce ''Boogie Blues'' endiablé.
La suite laisse place aux teintes Funk avec We're Gonna Funk U qui n'est pas sans rappeler parfois un certain Macéo Parker et là encore l'orchestration est divine car il n'y a rien de trop, tout est millimétré avec sagesse jusqu'à, une fois encore ce petit coulis concocté par une guitare aux saveurs ''Blackmoriennes'' qui laissera la place à un sax digne de Dick Heckstall dans les années les plus folles de Colosseum.
Je passerais volontairement à Who Do U Think U Are qui est un massage de l'esprit qui va laisser s'exprimer les cuivres et vous transporter dans une grande quiétude, c'est assuré et c'est un pur bonheur !

Devant tout cela, je ne pourrais dévoiler le reste issus du même génie en la personne de Laurent Galichon qui je vous l'accorde à une imagination musicale très fertile. A vous de découvrir les subtilités et les richesses de ce joyau qui est à consommer sans modération. Le jeux de guitare y est incisif et ténébreux mais non pas sans quelques douceurs, la rythmique est sans appel et et le clavier et les cuivres viennent finaliser une structure parfaite, le tout ''vocalisé'' par une voix à la fois douce et cyclonique.
Juste pour le fun, essayez de fermer les yeux à l'écoute de The Squire et essayez de trouver quel flic des années 70 armé d'un 44 magnum fait son apparition. Bien sur tout cela à la sauce piquante !!!

Comment ne pas récompenser cette formation qui excelle dans la créativité de la composition et des arrangements avec un travail perfectionniste dans un monde où tout est permis pour offrir à l'auditeur, un voyage féerique. Cet album est monstrueux (ben oui, appelons un chat, un chat !) plein de surprises délicates et d'inventivité qu'il faut saluer avant, pendant et après l'avoir dégusté.
Sincèrement, ne passez pas à côté de ce Who Made The Sauce, vous risqueriez de le regretter !


Contact promo: Red Beans
Site: http://www.redbeansandpeppersauce.com




Mr Hardearly
X- perienced



Nouvel album du Monsieur Blues après 3 années de travail et je peux vous dire que la persévérance finit toujours par payer. Hommage entre autres à Gary Moore, SVR, Johnny Winter, Jimi Hendrix and co ...
L'intro de l'album, n'est ni plus ni moins qu'un Boogie relevé à souhait tout en envoyant du lourd avec une propreté dans sa fluidité et son final ''speed cut''.

Alive, danse sur un groove bien déhanché avec un jeu de guitare tout en finesse made in Hardearly Land.
Vient ensuite LA signature maison avec True Friend qui laisse à penser à une partie de surf sur la côte US. Petit mélange de Blues, Funk et ballade aux sonorités ensoleillées, ce qui n'est pas pour déplaire.

Puis, retour aux sources du Blues avec Fool for you loving (tient, ça me rappelle un titre !) avec Chris the Cat à l'harmo.
Petit clin d'oeil au Delta et à toutes ces légendes du pur Blues. Une petite brise venant vous caresser gentillement les tympans.
Sachez quand même qu'on espère toujours écouter du traditionnel et puis un p'ti grain de folie guitaristique vient nous perturber quant au schéma habituel, ce qui fait de tout ça une originalité bien agréable.

La suite à un nom qui dénature avec le morceau pour un phrasé musical très doux : Toxic.
Je crois pouvoir dire qu'un certain Gary Moore aurait pu jouer ce petit chef d'oeuvre au jeu de guitare impressionnant.
Une fois de plus, merci Eric !!!
C'est marrant, ma gratte ne joue pas de la même manière (peut être un problème de cordes !!)
Bon, j'avoue, c'est un de mes titre préféré et je ne sais trop quoi dire tellement c'est monstrueux.

Si SRV vous dit quelque chose, le titre suivant est dans la veine du Texan avec un Charlie's Shuffle frais et dispo pour une ballade en mer agitée. Là encore, le travail est parfait.
Bien que je ne dévoilerais pas tout (ou presque), On sera agréablement surpris par une petite parenthèse avec Time is on my side et X-perienced avec qui on remonte le temps d'une cinquantaine d'années et ça fait un bien fou. Rien à voir avec Mr Blues, Mr Rock ou autre source dévastatrice mais c'est un pied géant. Chacun ira de son avis mais avoir collé ça au beau milieu d'un univers Blusy Groove est une fois de plus une bonne stratégie pour le plaisir auditif.
Le dixième titre est une symbiose entre la Californie et le Southern Rock et là encore, une écoute vous permettra de vous rendre compte.

Pourquoi Sonnie ? Je ne sais pas mais nom de dieu quel pied, le solo de guitare est majestueux et sincèrement je suis incapable d'en dire plus, débrouillez pour écouter, c'est aussi précieux que l'oxygène.
Bon, après une pause hyper cool et oh combien orgasmique, le show continue avec Fever. Euh non pas Never know how much i love you mais son Fever à lui, charpenté, édulcoré, gras et suintant avec toujours une fin en claque dans la tronche !

En 1974, Deep Purple sortait Stormbringer, avec un titre écrit par David Coverdale et Ritchie Blackmore : Soldier of fortune
Mr Hardearly vient ici rendre hommage à ce que le hard a de plus paisible en reprenant ce doux plaisir et c'est un magnifique moment de méditation.
Don't let me down a été écrit entièrement par John Lennon (sans Paul Mc Cartney qui apparait un peu partout comme complice d'écriture), pour Yoko Ono. Mr Hardearly nous en donne une version très belle qui vient perturber judicieusement cette check-list fabuleuse.

Que dire...
Un magifique travail soigné et posé avec douceur et intensité sur les instruments. Cet album est un peu plus que cet album, c'est un moment de bonheur qu'il faudra déguster comme un grand cru. Alors bien sur chaque fois c'est la même chose, grandiose, parfait, sublime etc... mais je ne suis pas responsable de la qualité incontestable de ce Bluesman Français et de la façon qu'il a de transmettre sa musique à tous ceux qui sauront apprécier les bonnes choses comme ce X'perienced.

Mr Hardearly est accompagné de Alain Gibert et Yves Moisy à la basse et Thomas Di Caro aux drums. Bluejack est en Background.


Contact: Mr Hardearly
Ecoute: http://www.hardearly.com



Tedeschi Trucks Band
Made Up Mind



Dernier né de la lignée Tedeschi Trucks band, Made Up Mind est un album plus que surprenant fait d'un mélange subtil de styles avec un paradoxe musical délicieusement raffiné.

Made Up Mind donne 8 secondes d'intro laissant croire à la suite du morceau avant de lancer la voix somptueuse de Susan Tedeschi laquelle vous entraine sur un rythme très coloré et escarpé, sortant des sentiers battus. Croyez moi, rien ne collera avec la pensée furtive que vous avez eu pour la suite.

L'entrée en piste de Do I Look Worried fait penser à I Put A Spell On You avant de reprendre sa place et offrant un plaisir incomparable. Ce morceau est envoutant et d'une grande perfection tant il est composé de bien des mondes et de surprises. C'est de loin celui que je qualifierais de meilleur et celui que j'affectionne le plus.

Idle Wind est un moment de fraicheur acoustique embelli d'une pluie de flute judicieusement utilisée, donnant un nouveau sens à cet environnement.
Msunderstood balaye l'atmosphère précédent avec un groove façonné à la fois dans le chêne et la soie, laissant l'auditeur imaginer sur ce qu'aurait pu être ce titre si … Mais bon, il est comme ça et de toute façon, on ne pouvait faire mieux.

Whiskey Legs est plein de rebondissements partant sur un rythme Blues, glissant vers un côté pop et virevoltant sur du progressif teinté de southern, avec un duel de guitares très fin et incisif.

Les ballades sont superbes et pas une note n'est de trop ce qui en font des joyaux à consommer sans répit. Le reste de l'album ne déroge pas à cette règle de l'originalité et de la richesse musicale que chaque membre du band façonne de manière exemplaire Essayez de fermer les yeux et d'imaginer un paysage pour chaque titre de cet album, je vous garanti un voyage unique.

Cet album possède un feeling monstrueux et chaques parties sont conçues et jouées avec une grande perfection et une grande originalité. Ce qui reste génial avec le TTB, c'est qu'à chaque fois qu'un album sort, on a l'impression de découvrir un nouveau groupe.

A défaut de se répéter, le Tédeschi Trucks Band montre une fois de plus son talent indiscutable à élaborer une musique d'une qualité exceptionnelle et qui à chaque fois s'enrichit, permettant à notre plaisir de monter en puissance.

Susan dit : ''Nous savions que nous allions être un peu plus audacieux avec ce disque'' Je répondrais : Chère Susan, ne vous arrêtez surtout pas dans l'audace et prenez conscience que ce que vous faites tous, procure un immense bonheur à ceux qui partagent rêve et réalité.

L'album sortira dans les bacs le 19 août donc si vous avez envi de prendre une grosse claque, je ne peux que vous conseiller d'acquérir ce petit bijou.


Contact promo: Yann Armélino
Site: http://www.tedeschitrucksband.com




Mr Hardearly
White Urban Blues



Après 3 ans sur les scènes de France et de Navarre à diffuser sans modération la bonne parole du Blues, Mr Hardearly, accompagné par Yves Moisy (basse), Kevin Bedejus (drums) et Mihn Pham (claviers), nous régale d'un White Urban Blues, son dernier album. L'attente fût certes longue mais oh combien récompensée.

13 titres, 12 compos, un moment unique !
You got no time plante le décore d'un film musical sans précédent. Carré, précis avec un dosage très soigné des instruments et une finesse du jeu de guitare qui à ce qui paraît viendrait d'une certaine maturité !!
Ben oui c'est comme le bon vin …
On dit toujours que la version originale est la meilleure sauf que là You Don't Love Me est bien plus chaude et bien plus riche que celle de Joe Louis Walker, son père spirituel donc je la préfère et de loin à cet original qui malgré tout garde tout son charme. Les premières secondes de Dirty Mind font penser à beaucoup de titres déjà posés sur les partitions mais la suite va très vite clouer le bec à des conclusions hâtives non fondées. Non de dieu que c'est bon !!

Rien ne laisse supposer de ce qui va se passer à chaque notes suivantes et là encore le créateur à su apprivoiser son talent au bénéfice d'un doute qui restera le vôtre. Je dirais que All I Want est un petit intrus mais judicieusement positionné tel un trou Normand avant le plat de résistance et la dessus je n'en dirais pas plus sachant que chacun aura son avis personnel.
Who's Talking ajoute quelques subtilités Santaniennes à cet univers et croyez moi ça fleure bon le panard puis l'autre panard arrive juste derrière bien décidé à maintenir debout le personnage très groovy et sinueux qu'est My Kind O'Woman.
La suite est un morceau que j'affectionne particulièrement pour plusieurs raisons. Déjà, c'est un hommage à mon guitariste fétiche Gary Moore disparu bien trop tôt, ensuite l'audace de l'avoir fait comme ça et enfin la manière dont il a été fait et surtout comment il est interprété, c'est magnifique et rien ne pourra exprimer le bonheur de ce petit bijou si ce n'est que de l'écouter. Merci beaucoup Monsieur Eric !!!

I'm Blind est encore une porte parallèle à cet univers dont la clé nous ramènera dans le ton du disque grâce à un jeu de guitare une fois de plus bien exploité pour ne pas se perdre mais seulement goûter à quelques folies qui ma fois ne sont pas si folles que ça. Pour le reste c'est à vous de découvrir son contenu parce que je ne vais pas tout vous dire. Ce qui m'interpelle au travers de ces écoutes c'est le fait que Mr Hardearly casse la linéarité des morceaux ce qui fait que l'auditeur ne s'attend pas à ce qui va suivre. On part sur du Blues, on croise du Groove, du Rock, des fantômes, ce qui nous emmène dans un autre monde quelques instants puis on revient dans la réalité avec le bonheur d'avoir voyagé mais aussi d'être rentré chez soi.

Cet album est d'une grande diversité de part la conception des morceaux et de la façon dont ils sont joués.

Cet album est le reflet d'un travail soigné destiné à apporté un peu plus d'une heure d'évasion à tous ceux qui oserons défier leur imagination.

Cet album est la consécration d'un amoureux du Blues qui aura réuni tous les ingrédients pour en faire un bijou que l'on gardera toujours proche d'une platine.


Contact: Mr Hardearly
Ecoute: http://www.hardearly.com



Tedeschi Trucks Band
Everybody's Talkin (Live)

Everybody's Talkin' a été enregistré en octobre 2011 lors de la tournée mondiale du Tedeschi Trucks Band et compte 11 musiciens dont 2 batteurs, déjà présent sur Révélator.
Ce double live à un goût particulier et ne ressemble pas au précédent album malgré quelques morceaux similaires mais cuisinés différemment.
Everybodys Talkin ouvre la séance avec ''The voice'' Susan très éraillée et envoutante, sur un fond musical feutré et torride à la fois. Midnight in Harlem à le don de vous faire profiter d'une balade nocturne et chaude en bord de mer et dosé avec méticulosité et génie.
Learn How To Love engage la conversation sur des gènes à la J.L Hooker mais vite rejoint par une fragrance 70's digne de ces temps passés où la musique était encore un jeu de rêves et de vie exaltant. Le duel guitaristique est somptueux.
Muddy Waters laisse trainer son fantôme avec un Rollin and Tumblin original qui se rapproche de Brodway avec une adaptation ma fois bien agréable. Nobody's Free est ''free'' de part l'imaginatif de Derek Trucks qui nous gratifie d'un solo jazzy groove très personnel et superbe.
Kofi Burbridge donne une dimension gigantesque au morceau avec un solo de flute monstrueux et très prenant. That Did It laisse Susan Tedeschi surpasser l'expression vocale grasse et attachante qu'on lui connait, la guitare sort de son lit pour inonder nos oreilles d'une crue de notes très blues.
Le groove s'installe sans gène avec Love Has Something Else To Say qui rappellera de bons souvenirs savoureux à nos esgourdes engourdies et qui prolongera le bonheur avec With Kissing My Love. Pour les autres morceaux que je vous laisse découvrir, c'est calqué sur la même qualité et la même détermination à donner un concert hors normes.
Sinon que dire de ce double live qui est une fois de plus à la hauteur avec une minutie exemplaire, un travail toujours à la perfection et une multitude de facettes musicales enrichies par des interventions de flute, trompette, sax à couper le souffle. Ce nouvel opus de l'histoire de Derek Trucks et de sa compagne, montre qu'il est toujours possible d'avancer tout en allant puiser dans le passé, vers un horizon qui ne fait qu'un avec le personnage.


Contact promo: Yann Armélino
Site: http://www.tedeschitrucksband.com


Heavy Manic Souls
Heavy Manic Souls

Heavy Manic Soul, groupe aux exigences Blues, Hard et Rock est composé de Chris Francheteau à la guitare, Rod Chaillou aux drums , Eric Robin à la basse et Eric Dufour au chant.
Dans les starting blocks, Change the réality, très funky-Blues avec des rythmiques à la SRV. Le jeu de guitare est superbe avec une amplitude très personnelle, Juggernault, plus groove donne une autre dimension à cette musique bien déhanchée. The Lone Star State Song est quelque peu décalé mais issu d'un savant mélange de style qui ben ma foi serait digne d'un trou Normand annonciateur d'une suite copieuse telle que Rollerball stylée ZZ Top avec une voix dévastatrice maternée par un ensemble musical très calin !

Si l'envie de fumer vous prend, Cigarette est très aéré avec un ch'tiot remember aux années Hendrixiennes. Pour le reste, je me laisserais tenter de dire que cet album est très diversifié tout en restant dans un registre confiné de par la manière de distiller toutes ces notes génératrices de plaisir intense.
Très sincèrement, rien ne se ressemble et cet album est constitué d'une telle façon qu'on a l'impression d'en écouter plusieurs.
Malgré tout cela,il reste quand même The Morceau, une symphonie entre le Blues, les tripes et le cœur. J'avoue que la conception de Uncle Pirate Blues est magnifique et déroutante mais put... qu'est ce que c'est …!
Rien que l'intro vous emmène dans un monde de délicatesse, de délectation et même notre chanteur fougueux fait ici communion avec la douceur et une chaleur intense.
En dehors de ça, Chris avec son solo monstrueux à le chic pour activer quelques larmes qu'il ne sera pas nécessaire d'aller chercher bien loin.
Cet album est une cure de plaisir, un paradis et je vous assure que l'orgasme musical n'est pas loin. Sincèrement les gars vous avez fait fort et vous donnez à nos oreilles attentives, un plaisir grandiose.
Pour conclure, je dirais qu'avant, mes grateux Français préférés étaient Paul Personne, Fred Chapellier, lorenzo Sanchez, Eric Moutard. A présent il y a Chris Francheteau !
Site: http://www.heavymanicsouls.com


TEDESCHI TRUCKS BAND
Révélator

Susan Tedeschi compagne de l'illustre Derek Trucks et récompensée d'un disque d'or en 2000, donnera naissance le 14 juin prochain, à son nouvel album intitulé Révélator. Au programme, le mariage de delta Blues de Soul, de Funk des 70's et de Rock distillé par Susan Tedeschi (Vocal/Guitare), Derek Trucks (Guitare), Oteil Burbridge (Basse), Kofi Burbridge (Claviers/Flute), Tyler Greenwell et J.J. Johnson(Drums/Percussion), Mike Mattison et Mark Rivers (Harmony Vocals), Kebbi Williams (Saxophone), Saunders Sermons (Trombone), Maurice Brown (Trumpet) et en guest stars: Eric Krasno, Alam Kham, David Ryan Harris et Ryan Shaw.
Cet album est une bouffée d'oxygène tant par sa créativité que par sa douceur. Imaginez vous dans les mains d'un hypnotiseur vous transportant vers un monde inexploré par l'esprit. Chaque morceau raconte son histoire mais vous donne l'impression que vous pouvez raconter la votre. Le climat semble flirter avec une époque ou Woodstock marquerait le début d'une fabuleuse épopée musicale.
12 titres habillés de guitare, de slide, de clavier, de percussions et autres cuivres donnant un sens au résultat d'un travail époustouflant sur une mise en scène digne d'un oscar. Rien n'est laissé au hasard ni les notes travaillées au millimètre, ni la voix de Susan Tedeschi qui maitrise harmonie, douceur et intonations incisives. Nul besoin de vous dire que l'album se laisse écouter très agréablement avec le goût amère d'un '' ben, c'est déjà fini ?''
Révélator nous montre que la musique n'a pas de limites, que la symbiose peut s'opérer avec les différentes teintes musicales qui ont parcouru les années. Cet album est une belle leçon d'humilité reflétée par l'amour prononcé de la perfection. Je ne saurais trop vous conseiller de découvrir cette nouveauté qui fera parler d'elle et pour longtemps je l'espère.


Contact promo: Yann Armélino
Site: http://www.tedeschitrucksband.com


RED MAN
2 Amour

Stéphane Gaudoin alias Red Man, revient avec ce 2 amour, second album pour le moins étonnant qui rappellera combien le blues est ancien et qu’il peut se jouer avec une guitare, une contrebasse, avec qui Marie Polinari communique très bien, et quelques harmos. Le premier titre est une belle entrée en matière remémorant les périples d’un certain Robert Johnson. 2 amour, n’est pas un album percutant aux sons incisifs et décapants mais plutôt un massage dispensé par des mains douces et généreuses, c’est un moment de détente absolu qu’il faut déguster avec lumière tamisée et Rochester.
La voix éraillée de Red Man accouche de tranches de vies telles que les vieux bluesmens Américains les posaient sur un papier jaunit par le dur labeur et la souffrance. Pour la « Petite histoire », fermez les yeux et vous sentirez l’ombre de John Lee Hooker vous caresser délicatement les tympans avec un grand moment de bonheur. Le petit clin d’œil à Madame Bessie Smith est très sympa et il fallait y penser ! !
La guitare est humblement jouée non pas avec les mains mais avec les tripes et l’âme de quelqu’un qui à des choses à dire. Hormis les 7 compos très bien pensée, Stéphane nous offre 3 reprises que sont 1 tonne de Blues de Mike Lécuyer, Mr Williams du poète Léo Férré et Je chanterai pour toi de Boubacar Traoré.
Une fois de plus, la langue de Molière à trouvé son maître d’armes et franchement il n’est nul besoin d’aller au States pour plonger dans l’univers profond du blues antique. Cet album est très simple, sans froufrous mais avec un grand respect de ce que fut à une époque, le carburant d'un peuple noir opprimé et humilié par ces culs blancs convaincus qu’ils étaient l’élite de l’humanité. Si vous voulez sortir de l’autoroute et prendre ces chemins rocailleux, laisser chanter Red man et qui sait vous tomberez peut être au beau milieu d’un carrefour et vous y rencontrerez peut être celui qui…
Cet album est un petit détour qu’il faut prendre ne serait-ce que pour illustrer vos pensées musicales.


Contact: Stéphane Gaudoin
Ecoute: http://www.myspace.com/stephanegaudoinfrfr


MR HARDEARLY & THE BLUES THANGS
Nuit du Blues 2010

4 décembre 2010 à Montmorency, une nuit du blues pas comme les autres puisqu'elle accueillait Mr Hardearly and The Blues Thangs. The Blues Thangs, c'est: Mr Tee à la basse, Clem aux drums, Mr Dee aux claviers, Seb au trombone, Greg au sax, Vincent à la trompette, Roxane et Betty aux chants.
Un CV de deux décennies et plusieurs formations pour terrain de jeu, Mr Hardearly nous donne ici l'étendue de son talent.
L'entrée en matière est groovyssime avec du soft qui laisse deviner une promesse musicale qualitative. Le show est à la fois lové de tendresse mais aussi incisif et percutant sans que nos oreilles "toutes ouïes" ne soient frustrées d'un lâché de sentiments débordants qui aurait pu être légitime face à ce défi d'enregistrement. Que nénni, tout est peaufiné, carré, réglé comme du papier à musique (ben oui !).
On passe du groove au blues, du rhythm'n'blues au rock'n'roll tout en planant au dessus de cet indescriptible "Down So Low" qui flirte avec le 7ème ciel tant le solo de guitare est envoûtant et trop court à mon goût !
Gimme Love est un défi entre le bois, 6 cordes et le maître, ou peut être l'inverse, je ne sais plus trop ...
I Play The Blues offre à Mr Bee l'occasion de pulvériser les touches de son clavier et je peux vous dire que ça fait du bien par où ça passe. Arrivée des cuivres sur Bang Bang qui donnent une dimension riche et charismatique à cette prestation déchaînée, accompagnée de 2 colombes pleines d'énergie et de voix. Sinon que dire de ce Come Together, resservi 41 ans après à la sauce Hardearly des plus goûtue, de ce All The Thangs ou autre Who s Talking ?? Pour le reste, c'est du pareil au même, c'est chaleureux, amical, c'est fait avec tripes et amour.
Pour ma part, j'ai un p'tit faible pour How Long qui est sublime !
Toutefois j'aurais une question: Pourquoi, mais pourquoi ne pas avoir mis I Put a Spell On You, sublimé par Betty, sur cette galette ?
Quelqu'un a dit: J'ai jamais rien touché dans ma vie même dans le désordre, à part le fond. Nul besoin de médocs pour remonter, simplement ce DVD, une lumière tamisée et un sentiment de respect à tous les musiciens de ce formidable concert.
Contact: Mr Hardearly
Ecoute: http://www.myspace.com/hardearly


HOFMANN FAMILY BLUES EXPERIENCE
When the guitars slide the blues

Il y a quelques jours, je me baladais en famille sur le port de Sanary sur mer quand des notes guitaristiques sont venues me chatouiller les oreilles. Curieux de voir qui était au bout du manche, je me suis approché et suis tombé sur le groupe Hofmann Family Blues Expérience. Un môme d'une dizaine d'année lancant à sa mère en voyant le guitariste: Weuhh on dirait ZZ Top !!
Bonjour, présentation, discussion et me voilà possesseur du dernier album du groupe offert gracieusement par Vincent, (merci infiniment) puis spectateur d’un début de concert acoustique vraiment très très sympa et offert lui aussi aux vacanciers, faisant de ma fille une nouvelle fan !
When The Guitars Slide The Blues est la dernière création du Family sorti en 2009 et comprenant 13 titres dont 9 compos de Vincent et David Hofmann.
The Way Of My life ouvre la voie avec un gros son Southern Rock, infesté de riffs guitares tantôt père, tantôt fils rappelant que le Blues est créateur de bien des styles.
Standing At The Crossroads sort du même fût avec quelques année de bonification en plus. Un son brut taillé dans un granite musical façonné avec passion par un duo de guitares acérées offrant une certaine nostalgie de ces années qui furent abondantes en groupes prestigieux.
Pour le reste, c’est du pareil au même, tout est bon, que ce soit acoustique ou électrique, la section rythmique donne une bonne assise à chaque titre et relève le goût juste comme il faut. Les guitares sont incisives mais judicieusement dosées, le slide est doux et joué avec sagesse, la voix est nuancée là ou il faut.
Hofmann Family nous donne ici un aperçu de ce que fût cette fabuleuse époque ou tout était sincère ou la musique sortait des tripes, ou les notes prenaient une vraie dimension ou les valeurs musicales étaient authentiques !
When The Guitars Slide The Blues est un album riche de part ces compos originales, jouées avec complicité par Vincent, slider dans âme, gratifié d’une voix comme je les aime, chaude et rocailleuse digne d’une bonne vieille FL 48, David, le fils prodige foulant la scène dès l’âge de 8 ans, mêlant harmonie et impétuosité avec un dosage précis des notes et évitant soigneusement de ne pas noyer papa sous la fougue du médiator !
Running on Faith est magnifiquement repris, (merci Messieurs !) et difficilement définissable sur le papier, je vous laisse donc l’opportunité d’écouter cette version en vous procurant cet album teinté de Blues et de Rock. On notera aussi un Purple Haze très intime et ma foi bien agréable ainsi que le Ohio de Neil Young !
Ce CD est un plaisir, une leçon de vie et un hymne aux choses simples et généreuse que je vous conseil fortement.
Là encore, je dirais que nous avons en France des musicos qui méritent qu'on les écoutes !

Gérard Roustan est à la basse et Rob Hirons aux drums. Un bonjour à la jeune fille à la chevelure de feu, très sympatique !!!
Toutes les infos : http://bluesexperience.free.fr



DEREK TRUCKS BAND
Roadsongs

Derek Trucks Band se voit remettre un Grammy Award du meilleur album Blues contemporain pour Already Free, ce qui au regard de ses 16 ans passés à offrir des concerts de par le monde, est une juste mais minime récompense. Donc, motivé, ce personnage des plus drastique dans son travail, décide de jeter dans les bacs, un double live le jour de la fête de la musique !

Enregistré au Park West à Chicago sur 2 concerts en avril 2009, la formation agrémentée d'une section de cuivres: Paul Garrett à la trompette, Mace Hibbard au saxophone et Kevin Hyde au trombone, donne ici une idée de ce qu'est la perfection.
Une parfaite symbiose s'opère entre Monsieur Slide et ses musiciens et le résultat est époustouflant, digne d'une comédie musicale avec pour seules danseuses, des notes de musiques en fusion !
Au delà du personnage, et de ce qu'il est capable de donner, il y a un climat vraiment "sépia" dans cet album. Très sincèrement, on se sent repartir vers la période fraîchement enragée de l'après Woodstock, avec ces sonorités vieillies en fût de chêne et brutes de décoffrage qui nous affligent d'un bonheur intense.

A l'heure ou je gribouille, j'écoute ce CD depuis 2 bonnes heures et putain, la claque que je me prends !!!!
Bon, désolé pour les grossièretés mais c'est de circonstance !
En fait, ce live est du lourd, un butin que l'on se doit de préserver pour son "moi tout seul", un truc que l'on cache de peur que l'on vous prenne ne serait-ce qu'une seule note tellement chacune d'entre elles à son importante.

Roadsongs c'est aussi Down in the flood, Get what you deserve, Already free, I know, Down don't brother me et Don't miss me, issu du dernier album et ces versions live, donnent une autre dimension de ce que l'on en connait. Afro blue (de Mongo Santamaria) et sublimé lors du concert de Coltrane en 1963 à Berlin, vient ici donner une note originale à cet album aux senteurs blues, rhythm'n'blues avec une pointe de nostalgie et un Rastaman chant revisité à la sauce Trucks, digne du vieux Bob.
La ch'tiote cerise, c'est Key to the highway qui me rappel un certain albinos Texan mais ici encore le maître à joué de subtilités destinées à vous faire rougir de colère de n'avoir pu encore entendre une telle version. Très sincèrement, on ne se lasse pas de savourer ce double live qui laisse un goût inimitable dans la tête. Il aurait été inconcevable de ne pas enregistrer ce concert et il est inconcevable de ne pas se le procurer pour l'écouter.

Toutes les infos : http://www.derektrucks.com



BUZZTOWN
Hit The Road & Play The Blues

Hugues Renault (guitares et chant), Benjamin Jouet (Drums), Anthony Billaud (Basse), fraichement débarqués dans le paysages Blues Français avec le nom de Buzztown, nous gratifie d'un 1er album très chaud et décapant à la fois. Les influences sonnent Blues, bien sur, Rock, Jazzy et Funk avec des teintes Boogie et un fond de Swing.
Hit the road & play the Blues donne la température de l'album qui promet d'être copieux.
La suite est stupéfiante, c'est de l'incisif, du calorique auditif. J'adore Mr Wrong qui pourrait sans complexes finir sur un disque de Robben Ford et le son y est croyez moi !
The worst is yet to come, est une pure merveille et franchement, c'est un honneur d'être Frenchi et de voir ce que certains sont capables de faire. La basse et la batterie sont un massage des plus doux et la guitare est une sensation de chaleur indéfinissable, c'est du bonheur intense aux arômes jazzy.
Sincèrement, la suite est un conte de fées, les premières notes de certains morceaux ne permettent pas de savoir ou vous allez mais vous pouvez prendre le bus, le voyage est inoubliable !
Il n'y a pas de gavage de notes ou de décibels, tout est subtilement placé là où il faut avec un dosage d'une perfection exemplaire. L'ambiance est velours, lumière tamisée, jolie brune et méditation. (ben oui, les filles aussi aiment la musique !)

Quoi dire de plus si ce n'est que d'écouter cette première réalisation plus que réussie et oh combien délicieuse. Quand le Little girl et 12ème morceau s'arrête, ça vous laisse dans un vide sans fond qui se comblera, je vous rassure par une simple pression sur la touche play, histoire de consommer sans modération parce que là, ça mérite d'approfondir le sujet avec comme excuse '' j'ai pas compris M'sieur, vous pouvez recommencer ? ''
Sans complexes, je dirais qu'il est inconcevable de laisser un tel joyau dans les bacs !

Je ne voudrais pas pousser mais vous sortez le prochain album quand ???

Pour commander l'album joindre votre règlement de 13 euros à:
MUSIQUE et PASSION, Mairie d'Héricy, 6 rue de l'Eglise 77850 HERICY.
Toutes les infos : http://www.myspace.com/buzztownbluestrio



MR HARDEARLY
Still Alive & Well

Prenez un ampli et mettez y Hendrix, Clapton, Vaughan, ZZ Top, Santana, Beck, Allman Bros, Moore et ''Les Autres'' et vous obtiendrez Still Alive & Well, premier album de Mr Hardearly and The Blues Thangs, composé de Mr Tee à la basse et aux chants, Mr Jay aux drums. C'est dans un style BB King que Mr Hardearly nous envoie un I play the blues (pas for you !). L'album comprend 12 titres dont 9 compos très variées et juteuses à souhait. Les autres sont signées J.Hendrix, J.Beck, G.Harrison mais je vous laisserai les découvrir par vous même. Le point culminant de cette réalisation réside dans le mélange astucieux des couleurs sur la palette musique. On passe d'un Down so low superbe et très chaud à un Wait a minute ZZ Topien de toute beauté, à l'époque où les barbus donnaient dans le pur velour. Gimme love embarque, groove, rhythm and blues, rock et blues avec un jeu de guitare à déchirer une strat dans tous les sens. Chaque morceau ressemble à un ''Tribute to'' et pour cause, le Mr a magistralement combiné son style et ses influences dans chacune de ses compos. Sinon, j'voulais vous dire, ce disque est un boulet de canon qui devient different à chaque écoute et qui tantôt vous masse délicatement, tantôt vous prend aux tripes. Comme j'ai l'impression d'avoir déjà entendu ce style de jeu à la guitare, je dirais qu'un Red House à la sauce Hardearly ferait pâlir les fines gâchettes de la six cordes. Procurez vous ce plaisir délicieux qui est mitonné avec talent et ne vous inquiétez pas: C'est une histoire qui finira bien !
Contact: Mr Hardearly
Ecoute: http://www.myspace.com/hardearly


DEREK TRUCKS BAND
Already Free

Derek Trucks, est né le 8 juin 1979. Ce guitariste a un CV fabuleux et ne cesse de rentrer plus profond dans l'histoire. A 19 ans, il intègre le mythique Allman Brothers Band afin d'y assurer la guitare et jouera aux côté du non moins fabuleux Warren Hayes. Il figurera parmi les 100 meilleurs guitaristes au monde dans Rolling Stone Magazine. Devenu un maitre incontesté de la slide, Derek nous offre ici un album "patchworké" de diverses influences. Au premier tour d'oreilles, L'album sonne Blues Rock puis devient très vite plus nuancé avec des teintes Gospel et Soul, ce qui je l'avoue régal les papilles. La cerise sur le gâteau est le génie des compositions qui donne ici du piment à la question: Comment l'idée de ces mélodies fleurtant avec l'ironie musicale, ont elles émergées de sa tête ?
Le débat reste ouvert et les platines, elles, ont pourtant la réponse !
Cette galette est pleine de rebondissements tant par sa qualité que par son originalité. Already Free met à mal l'archétype musicale si souvent entendu dans les registres et offre à l'auditeur une autre dimension de l'écoute. Ce sixième opus du band, a été enregistré en Floride dans le tout nouveau studio du guitariste. Les musiciens sont Todd Smallie à la basse, Yonrico Scott aux drums, Kofi Burdbridge aux claviers, Mike Mattison au chant et Count M'Buto aux percussions. Doyle Bramhall II, Oteil Burdbridge et Susan Tedeschi, l'épouse de Derek, ont rejoint le groupe. Les gourmands en reprendront sans modération et les indécis passeront à côté d'un plaisir de plus, faute de n'avoir voulu goûter !
Derek Trucks Band sera en concert le 30 avril à l'Alhambra.
L'album sera dans les bacs à partir du 23 février 2009.
Toutes les infos : http://www.derektrucks.com


ZE ROD'GER
Gang Of Thieves

Ze Rod'Ger signe ici un album de reprises, certe, mais avec une certaine originalité, pleine d'énergie et de talent. Lucille, Pride and Joy, Cold shot et That's Allright Mama sont de la partie. Ce trio, né en 2002, fait penser aux Kinks tant par son style que par l'atmosphère particulière. La voix de Zil, qui est aussi le bassiste, est attachante et en demi teinte dans cet univers Blues Rock. Les parties de basse sont propres, sans fioritures et très bien dosées. Le jeu est parfait. La guitare de Raph est présente à bon étient, le son est limpide et les notes sont jouées à la bonne place sans que rien ne manque à ce mélange subtil. Quant à la batterie de Sacha, elle emballe le tout dans un papier cadeau riche en couleurs et judicieusement adéquat aux morceaux choisis. Le tout est agrémenté d'une touche de piano et d'un filet d'harmonica sur certains morceaux, ce qui rend la recette plus savoureuse. Sincèrement, ce premier album est une réussite qui mérite qu'on y laisse trainer ses esgourdes en soif de découvertes. N'hésitez pas à contacter ce groupe venu de Meuse. C'est ici : Ze Rod'Ger


TEXACO
Sweet Songs With The Devil

Autoproduction parfaite pour cet album de 13 morceaux sortis tout droit de l'imagination des ces 4 musiciens hors pair. Bien évidemment il est toujours plus simple de reprendre les bons vieux standards bien établis et huilés mais Texaco nous offre ici un travail remarquable de créations qui laisse apparaître des teintes, Texanes, Chicago Blues et même Boogie. Très riche en instruments puisque cuivres et piano il y a, cet album donne la sensation de se trouver au fin fond d'un bar embrumé de Chicago avec pour seuls compagnons, un bon vieux Jack et cette musique endiablée jouée par des vieux de la vieille. La cerisounette sur le gateau, 2 morceaux accoustiques et la présence du bottleneck donnent de "l'antiquité" à cette belle réussite. Chaque musicien donne le meilleur de lui même et on sent le désir de perfection sur cet opus qui fera parler de lui. Un beau voyage dans l'histoire du Blues signé Jonathan Callet, Eliott Baptiste, Joel Balla-Vecchia et Cyril Sanjuan.
Plus d'infos : http://www.gazolineprod.com


PURPLE CAT
Beat It Out

A première vue, une chose a attiré mon attention: il n'y a pas de basse. Donc, curieux de nature, j'ai écouté cette formation dénuée de l'immanquable instrument à 4 cordes et surprise, ça ne manque pas. Cet album m'a ramené quelques années en arrière du temps ou j'écoutais Mississippi Fred Mc Dowell avec mon pote pascal (bassiste !) et un Jack Daniel bien frappé. Purple Cat distille un Blues primitif et authentique oh combien riche en clichés ancestraux, dignent de l'époque ou les Howlin Wolf, John Lee Hooker, Muddy Waters et autres piliers faisaient pâlir de rage ces "culs blancs", administrateurs de champs de coton, berceaux de cette musique et incapables de comprendre cette religion du Blues. Fermez les yeux, vous entendrez, le fantôme de Little Walter jouant dans un de ces café sombre et enfumé des bas fonds de Chicago. Les musiciens n'ont rien à envier aux Américains, ils sont d'une grande discrétion mais d'une efficacité remarquable. L'harmo saturé donne cette touche de chaleur enveloppant le tout dans du coton, la voix chaude et profonde de René Perrier donne une valeur indéfinissable, tandis que la guitare est bien présente là ou il faut sans noyer les morceaux de notes orgueilleuses et trop nombreuses. Quant à la batterie, elle colore judicieusement l'atmosphère emprunté par ce trio hors du commun. Si vous voulez replonger dans le pur,l'authentique et l'indéracinable Blues du temps jadis, écoutez ce petit joyau délicatement préparé.
Plus d'infos : http://www.purplecat.fr


FRED CHAPELLIER & Friends
A Tribute To Roy Buchanan

Roy Buchanan né le 23 septembre 1939 et décédé le 18 août 1988, nous a laissé un héritage musical sans pareille. S'attaquer à un monstre comme Roy Buchanan n'est pas chose facile et comporte des risques. Qu'importe, notre bluesman Français relève le défi avec passion, honneur et courage. Le résultat est époustouflant. Fred nous sert un album très propre, plein d'émotions, plein de regards sur ce que fut Roy Buchanan à la bonne époque (rappelez vous Live Stock !).
Hight Wire annonce la couleur de ce que sera cet album fabuleux, suivi d'un I can't lose the blues très chaud. La guitare est parfaite et nuancée à souhait, le choix des morceaux est subtil et reflète la palette musicale du regrétté bluesman, les musiciens sont l'ombre de la section de Roy. La surprise est bien plus grande au regard de la liste d'artistes invités, à savoir, Billy Price, Tom Principato, Gib Wharton, Neal Black, Leadfoot Rivet, Jean Roussel et Miguel M. Que du bon blues en perspective sur cette galette pleine de saveurs.
Bichonnez-le not' Fred parce que les bons crus comme ça, ne se trouvent pas tous les jours !
Merci à toi Mr Fred d'avoir redonné vie à Mr Roy, tu n'imagines pas le bien que ça fait ...
Allez commander ce disque les yeux fermés sur:
http://www.fred-chapellier.com


LITTLE PETER BLUES BAND
Blues Road

La mise en bouche de ce premier album de Pierre Cayla est riche en protéines grace à un Traveling South bien décapant et bien soutenu. Ce jeune virtuose de la guitare, nous montre que les moins de 20 ans, (ne peuvent pas connaître !) oh que si, loin de cette techno abrutissante ou se rap sans queue ni tête, l'on peut encore trouver une jeunesse respectueuse de ce qui fut le berceau de la bonne musique. Blues Road est un album très chaud et on retrouvera bien sur l'ombre de Stevie Ray Vaughan par le biai de Lenny, Leave my girl alone et autre Little Wing emprumpté au regrété Jimi Hendrix. Peter, nous gratifie d'un Thrill is gone superbe avec une légère note de Vaudou chile. Au fait, en parlant de vaudou, il y en a un sur le disque qui s'amuse bien avec ses harmonicas et même si celui là n'est pas sorcier, sa potion musicale a un goût d'y reviens y ! Les morceaux sont bons, la guitare est douce puis brutale, teintée de SRV et parfois de Melvin Taylor, le Blues de Peter coule telle une rivière limpide et claire et rien n'est laissé au hasard. Le couple basse, batterie fonctionne à merveille avec un son bien rond et une caisse claire d'enfer (ah si si, c'est vrai, j'adore !). Vous allez dire que je soutiens nos Bluesmens Français (bon un peu quand même !) mais là une fois de plus, c'est encore vrai. Rien ne sert d'être bon à la guitare si on y met pas un peu de tripes. Pierre Cayla donne de la générosité, de la chaleur et de lui même dans cet excellent premier jus que je vais user. Bon, sincèrement, procurez vous cette petite Pierre précieuse (ohh pas fait exprè !!) car c'est un immense plaisir et méfiez vous, le Blues devient rare en France !


THE REVEREND
I Have A Dream

Le ton est donné sur cet opus Rock'N'Rollé avec un Story Of My Life dégageant l'atmosphère du sud des Etats Unis. La voix du Révérend fait penser à un Phil McCormack chaud comme la braise et trouve une couleur de rocaille poussièreuse. On aime ou on aime pas mais les cordes vocales de Lionel Raynal trouvent une bonne complicité avec le jus musical de l'album. Le fil des notes laisse libre court à l'appréciation tempérée ou profonde d'une musique riche en teintes et parfois surprenante. Et c'est là qu'est toute la richesse de cet album aux facettes multiples. A souligner que le guest star's n'est pas des moindres: Paul personne (ah ben là je craque !), Beverly Jo Scott, avec son p'it accent trop mignon, Little Bob et Mickey Blow. Pour résumer, ce I Have A Dream, bien que charpenté par un cru Blues, fricote avec un Rock et vous fera faire un retour en arrière au temps ou les groupes mytiques lachaient la sauce sans modération. Tout est là pour trouver son bonheur grace à la diversité des sons qui s'échappent de cette galette.
Plus de renseignements sur: http://www.thereverend.eu
I Have A Dream est un album Why Note.


A.PROJECT
Show Respect For Live

Quoi de plus naturel qu'un bon vieux trio pour exprimer ce qu'est le Blues comme le dirait notre ami Jojo. Cest comme ça que le A. Project diffuse un Blues bien charpenté et chaud comme un bon feu de bois. Alors "why note" (label de l'album) ou pourquoi pas ? Qu'on se le dise, le son qui sort de ce live n'est pas du copier-coller mais bel et bien un pur produit dorloté par 3 musiciens de talent. Thierry Anquetil faisant vibrer sa guitare, tout en laissant apparaître le fantôme veillant de Freddie King, qui nous tient en haleine à chaque note, brode avec passion un registre "Bluesique" de toute beauté. Bien que j'adore le Five Long Years qui me delecte de sonorités Blues bien feutrées et qui est un pur bonheur, je trouve que le Get Out Of The Background, compos de Thierry, envoie grave tous les ingrédients nécessaires à ce que l'on peut qualifier de "perle". Un ch'tio truc dégoté de notre regrété Stevie Ray Vaughann m'a quelque peu interpellé sous l'éffigie princière d'un Pride and Joy agrémenté d'une voix proche de l'original : Bravo pour ce petit clin d'oeil. Côté basse, on trouve tout de même un Jean Philippe Roux, médaillé d'or en classe Jazz au conservatoire de Chambery (oh Chambery !!)et diplômé du centre des musiques Didier Lockwood, qui donne une rondeur exceptionnelle à tout le registre (j'adore sa façon de tirer la larme à l'oeil) Côté Drums, c'est un musicien diplômé du PIT et de la Grove School Of Music de Los Angelès, en la personne de Eric Thievon, qui rhythme ce mélange tonic d'une façon magistrale. Je ne terminerais pas sans vous dire que Peter Nathanson est en guest sur Stumble et en plus j'aime peter Nathanson. Bon, en résumé et à défaut de me répeter, ce truc est une bombe qu'il faut écouter. Ah, encore une chose, ne regardez pas trop sur ces terres lointaines pour trouver du bon Blues, on a des artistes hors norme en France, alors soyez chauvin pour une fois. Allé j'y retourne c'est plus fort que moi !!

DBT
Urbain Blues

Le Daniel Blanc Trio revient ou plutôt devrais-je dire le Daniel Blanc Quartet, puisque un clavier a fait son apparition, avec un album bien Blues et bien fouétté. Urbain Blues est un disque très riche des "choses de la vie, ou l'on peut entrer dans l'atmosphère de la vie courante. Je ne peux rien contester sur ce répertoire, qui pourrait laisser se perdre un ou deux titres mal ficelés. Non, tout est orchestré de façon magistrale avec je dois le dire, un Daniel en super forme à la guitare. La basse a un son gros comme ça et rond (comme une queue de pelle !!), la batterie a un timbre qui engendre un méga pied à mes esgourdes musicales, et le clavier mesdames et messieurs, rappelle un John Lord au sommet de son art. Comment pourrais-je vous expliquer ce que je suis en train de subir à l'écoute de cette galette pleine de fêves et qui me fais vibrer de façon orgasmo-bluesical.Quelques secondes suffisent pour déguster les premières notes apocalyptique d'une "retraite" bien méritée, ah ben oui faut avoir le disque pour comprendre. Alors que vous soyez en retraite, divorcés, dans le TGV avec Lolie, sur vos terres natales, en train de cuisiner avec du "boum" au coeur tout en faisant l'amour, ou devant une photo de Katrina, ne tombez pas dans le traquenard de ne pas posseder cet Urbain Blues et allez à l'éssentiel : Achetez le, c'est que du bonheur. Merci au DBT pour ce diamant musical.
Pour vous procurer l'album : http://groupe.dbt.free.fr


LORENZO SANCHEZ
Domingo

Ayant gouté au premier album de cet artiste malheureusement pas assez diffusé, j'ai replongé pour le deuxième et damnation pour moi, j'attend le troisième !. Patience me direz vous, ce Domingo est tout frais et un album ne se fait pas comme ça. Ah bon, tant pi, je me contenterais d'user celui là. Lorenzo est égal à lui même et je peux vous dire que Domingo est un cristal de musique qui apporte une rare chaleur à nos esprits embrummés par cette fin d'année 2006. Les compositions sont superbes une fois de plus avec l'originalité, la douceur, les tons pastels et cette chose non palpable qu'est la griffe d'un Lorenzo Sanchez innovant et amoureux de ce qu'il fait. Fred Chapellier fait une apparition sur "Solo", ce qui est loin d'être déplaisant.Cet album, ainsi que le premier, fait partie d'un patrimoine rare qu'i faut posseder impérativement et domage pour ceux qui ne l'auront pas, vous passerez à côté d'un grand Monsieur. Renseignements en page groupes/Lorenzo Sanchez.

DBT
Live en Avignon

Tout le monde connait : Sur le pont d'Avignon, on y.... Et bien là on y Blues couleur Funky. Daniel Blanc et ses accolytes nous livrent un concert plutot Blues/Rock avec des compos rien que des compos. Y'a le gros son et le trio s'en donne à coeur joie. Le morceau "Gigolo" nous fait revivre l'atmosphère des 70's, quant au titre "La femme est", on entendra simplement basse, guitare et c'est un pure bohneur musical de méditation. Si vous voulez en prendre plein les esgourdes, faites un tour en "Mercedes rose" ! Non, sincèrement, tous les ingrédients sont réunis pour un excellent moment de zic live. Rendez vous en page groupes pour les coordonnées de ce groupe Camarguais qui n'attend que vous pour vous envoyer cet album "thérapeutique"


LITTLE PETER BLUES BAND
Fête de la musique 2005 (vidéo)

Quoi qu'on en dise, Pierre Cayla (Little Peter Blues Band) est un petit génie de la 6 cordes. Non satisfait de flirter avec un manche de guitare, Monsieur se permet d'emprunter le répertoire du regrété Stevie Ray Vaughan. Et il peut car il n'y a rien à redire. A 15 ans, ce guitariste possède une dexterité surprenante et une aisance totale. Il maitrise son instrument, place les notes là ou il faut, n'en rajoute pas et donne sa couleur personnelle aux morceaux. Son jeu est fluide et il fait sonner sa guitare comme un Texas Blues. Il faut dire que le garçon a joué avec Gerry Joe Weiss, Orville Nash, Gwyn Ashton, 9 Bellow Zero ... La batterie est assurée par Stéphane Piquemal et la basse, Pascal Briez, et ça décoiffe ! Alors qu'on se le dise, si vous croisez une affiche, un festival, ou un concert avec Little Peter Blues Band, foncez y, vous prendrez une bonne leçon et vos yeux vont briller !!


FRED CHAPELLIER BLUES BAND
Blues Devil

Sur le coup, je m'suis dit : encore un frenchi qui Blues en Français ! puis j'ai voulu goûter. J'ai avalé les 11 titres comme du bon vieux Bourbon. Sincèrement, c'est un plaisir auditif hors norme. Ce CD est d'une rare intensité tant par sa couleur musicale que par la prestation des zicos. Le Fred y est magistral et j'adore les textes qui se fondent à merveille dans le Blues. Aller, j'me lâche, c'est vraiment un putain d'album et je prend un sacré pied à l'écouter. Un seul petit regret : Fred, quand vas tu nous pondre un bon vieux Blues à la Stormy Monday ?? Eh les Blueseux, si vous voulez vous arracher les tripes, rendez vous en page lien sur le site de Fred et commandez cette petite perle, c'est du grand art.




MIDWEST
Nasty habits

Le premier album de ce groupe au combien agréable à écouter. Une petite merveille de Blues et Rhythm'n Blues. La guitare à un son chaud coloré Jazzy, la section rhytmique est divine et le chanteur à une voix à la "Robben Ford". L'harmonica est présent sur quelques morceaux et c'est le pied ! Non sincèrement c'est un disque à avoir, d'autant plus que les morceaux son de choix. Amateurs de perles rares, rendez vous sur la page liens pour commander le C.D de Midwest. Vu le prix, ce serait une monumentale erreur de se passer de ce petit bijou.


CA VA MAL FINIR C'T'HISTOIRE BLUES BAND
Same

Drôle de nom pour un groupe de Blues, mais quel groupe! L'influence vient de Stevie Ray Vaughan
et la mise en place des morceaux est du grand art. La guitare est divine et la section rythmique bien ronde. La version de Red House est d'une chaleur à vous couper le souffle. Ne pas posséder ce C.D revient simplement à être sourd et muet ! Contact en page Groupes et Liens ...


BLUES AND TROUBLE
Another day!

Et bien moi j'aime, pourquoi ? La voix de la chanteuse est digne des voix noires Américaines
La musique ? du Rhythm And Blues balancé comme il faut et avec section de cuivres s'il vous plaîtDe plus ils ont été élus talents découverte FNAC 2000, meilleure groupe et parrainé par le comité de liaison du Blues Français 2004. Encore une chose, si vous écoutez le titre Another Day, ne craignez pas les frissons dans le dos !!Aller ! page Groupes et page liens pour toute info.


THE RHYTHM'N BLUES BROTHERS SHOW
Live

C'est une quelque part une résurrection de la célèbre formation des Blues Brothers.Tous les
standards y sont et je peux vous dire que ça décoiffe, une dizaine de zicos vous font vibrer comme Jack et Elwood le faisaient à la grande époque. Sincèrement, c'est que du bon et ça vaut le détour.Si vous ne connaissez pas encore le clonage, ceci en est un parfait. (page Groupes et page Liens)


GWYN ASHTON
Fand it!

Cet album est plein de surprises. Tout d'abord, on y trouve une atmosphère chaude et un son d'enfer du aux changements fréquents de guitares. On peut y entendre les sons de> Stratocaster 1963, Télécaster 1952 reissue (81), télécaster 1973, Gibson Firebird 1966 et National Duolian 1936. Coté ampli, un Twin 1958 modifié Bassman 1959 reissue, un Marshal 1967 et un AC 30 Vox 1964 donnent des sonorités saturées à souhait. A écouter d'urgence pour les amateurs



ROBBEN FORD
Discovering the Blues

Ce concert date certes de 1972 mais il offre la particularité de contenir pratiquement que des Blues lents très intenses. On y trouve le superbe Sweet Sixteen de BB KING, My time after awhile repris entre autres par BUDDY GUY et le somptueux It's my own fault de JOHN LEE HOOKER, dans une version qui à ce jour est la meilleure. ROBBEN FORD y joue bien entendu de la guitare mais aussi du saxophone et le bassiste n'est autre que STAN POPLIN que l'on retrouvera plus tard dans le FORD BLUES BAND. PAUL NAGLE, le clavier se laisse aller et c'est un bonheur pour les oreilles !



TINO GONZALES
Live at the dinosaur

Le Dinosaur bar se trouve à Syracuse, NY et quand Tino Gonzales y joue, c'est à un rhythme d'enfer. Il est à convenir que la pochette est des plus recherchée et reste originale. Quand au contenu de l'album, c'est du bon Rythm'n'Blues avec un sax qui dégringole les gammes bien comme il faut. Mais bien sur, que vous pouvez y aller!



THE WAILIN' WALKER BAND
The devil made me play it

Un bon album Blues et rock avec un gros son et des bons morceaux. Stevie Ray Vaughan a dit à propos de cet album : I did what they do ! It's solid and straight to the point !Alors avis aux amateurs !!



MIGUEL M & THE BRACHAY'S BLUES BAND
live au Chesterfield café

Et oui, c'est le groupe qui monte, qui monte et qui n'en fini pas d'enflammer les scènes d'Europe.Si vous ne les connaissez pas encore, dépêchez vous car vous loupez vraiment quelque chose. Ce concert est de grande qualité. Avec une intro digne de MACEO PARKER, vous vous laissez transporter dans un monde de Blues et Rhythm'n'Blues bordé de You shook me, Talk to me baby, Sweet home Chicago et autres Superstition (version reprise diaboliquement). Les compositions du groupe sont monstrueuses et coté personnel, tout y est: deux guitares, basse - batterie, saxophone, trompette et trombone.Le tout servi par un chanteur à la voix divine.enfin, un vrai régal pour les amateurs de sensations. A ne manquer pour rien au monde.



ERIC SARDINAS
Devil's train

Encore un Texan qui nous afflige d'un blues bien gras avec un son issu du même bain. A part le "my kind of woman" d'Elmore James, tous les morceaux sont des compos de ce bluesman news génération. A écouter...



HOUND DOG TAYLOR
Live at Joe's place

Né Théodore Roosevelt Taylor ce mississippi bluesman a la particularité de posséder 6 doigts à la main gauche. C'est un génie du botleneck et il sait se faire entendre. Le son n'est pas terrible mais c'est un disque à avoir.



DAVID GOGO
Dine under the stars

Un quatuor vraiment sympa avec du Blues et du Rhythm'n'Blues bien chaud et live s'il vous plaît. on y retrouve Sweet little angel, Hoochie coochie man entre autre. Un très bon cru...



MICHAEL OSBORN
A case for the Blues

Du beau monde pour cet album qui balance à souhait :John Lee Hooker, Charlie Musselwhite, Vala Cupp et Ken Baker au sax. Bref que du bon...



FORD BLUES BAND
Live at Bbreminale in 1992

Patrick Ford, le frère de Robben est entouré de Stan Poplin à la basse, Andy Just à l'armo et John Wedemeyer à la guitare. Ca décoiffe vraiment et l'armoniciste est un dieu. Quant à la guitare, c'est un régal. Il faut vraiment avoir ce disque



HATS OFF
T Stevie Ray

Un hommage à SRV avec des grands noms de la guitare : Pat Travers, Rick Derringer, Leslie West Franck Marino et autres Craig Erickson. De trés bonnes reprises et un The things i used to do magistralement joué par Franck Marino l'ex Mahogany Rush.



LOVE SCULPTURE
Blues Helping

Là, c'est un petit retour aux 60's avec Dave Edmunds, le producteur de presque tout. De superbes morceaux tels que : Stumble, 3 o'clock blues, I believe to my soul ou Summertime de Gershwin. Que faire pour résister à cette nostalgie ?



DEBORAH COLEMAN
Where Blue Begins

Elle n'est pas mignonne celle-ci ? et en plus de ça, elle décalamine sec dans son blues féminin. Mademoiselle entre dans la cours des grands et sait se faire entendre. Elle à un jeu de guitare à faire pleurer certains.Ne pas hésiter dans cet achat.



JIMMY THACKERY
Sinner Street

Cet album est une merveille tant par le soin apporté qu'à la qualité des morceaux. Du rhythm'n' blues à décoiffer un chauve. Si vous n'avez pas cet album, c'est impardonnable et vous méritez un coup de pied au c..



BOB WALSH
Blues

Un superbe album de Blues avec des titres qui décoiffent comme Further on up the road, The house of the rising sun et une version de Stormy monday à couper le siffler à un piaf ! En plus le Jeff Healey y gratte un peu et la voix du Bob est digne des grandes voix noires américaines.



HOLLYWOOD FATS BAND
L'integral

Une athmosphère des années 40 avec un son de guitare à l'ancienne et des accords jazzy qui donnent des frissons. L'harmonica et le piano colorent bien cet album au goût particulier.



BUDDY AND PHIL GUY
Buddy And Phil

Ben oui, c'est pas commun de trouver les deux frangins à la guitare sur le même album et c'est un document à avoir. La bande date de 1979 et la version de Knock on wood est originale.



WILL B AND CO
Studio

Le guitariste et le bassiste sont les actuels Dukes et l'harmoniciste est devenu le soliste d'Evrest. Vous ne trouverez pas cette galette car c'est un essai unique enregistré fin des années 80, au studio de Villiers en lieu (52). Black cat bone et T bone shuffle sont de la partie.Les zicos délirent même sur l'excellent faire un tour au café !!




RETOUR
© 2007 / 2020 Zicomania - tous droits réservés - Conception Rémi CHARLET - Réalisation Rémi CHARLET